que l’on me dise pas que j’en suis un. Cette phrase, vous pouvez l’entendre et la lire de plus en plus en Flandre française. Il est vrai que, depuis le film de Dany Boon “Bienvenue chez les Ch’tis” est sorti, les Français ont oublié qu’ils ont une communauté flamande au nord de leurs pays. Les Dunkerquois qui vivent dans d’autres villes en France ne sont mêmes plus crus lorsqu’ils disent qu’ils ne sont pas Ch’tis mais Flamands.

Pour beaucoup de flamands de France, reste la question, pourquoi Dany Boon as t’il choisi Bergues pour son film? Bergues, l’une des villes les plus flamandes de la Flandre française, où il est naturel d’accrocher le drapeau flamand à sa maison, où le flamand de France est encore largement parlé.

Lors des repérages pour son film, Dany Boon et son équipe se sont heurtés aux remarques des habitants et des commerçants lui indiquant que Bergues n’est pas ch’ti mais bien flamande. Sa réaction était plus autiste qu’autre chose, à savoir raller et aller voir plus loin.

En effet, tourner « bienvenue chez les ch’tis » à Bergues, c’était comme tourner bienvenue chez les wallons à Bruges ou encore bienvenue chez les corses à Brest.

L’ANVT est sortie de sa réserve pour écrire un communiqué.

La réponse de Dany Boon à cette question est tout sauf claire. En effet, selon lui, “il est important dans mon film de montrer l’ouverture et la mixité culturelle qui ont été influencées par les différentes communautés qui ont tous la même humanité en commun», sa réponse pouvait avoir éventuellement un sens, si les deux cultures étaient montrées, mais le problème est que seulement la culture ch’ti a été montrée dans ce film.

Il est important de noter que le regard de Dany Boon sur les Flamands n’a pas toujours été tendre. Les flamands sont souvent représentés dans ses spectacles comme des paysans stupides.

Comment se fait que ce film a eu autant de succès? La qualité? certainement pas le film n’a même pas été nominé à Cannes. Même les livres d’Agatha Christie qui n’ont aucun mérite littéraire sont vendus dans le monde.

Le succès de ce film vient d’une combinaison de circonstances:

    • Lorsque le film a été lancé en France, la France était en prise avec un chômage élevé, il y avait une grève presque toutes les semaines, le mécontentement dans la population française était général, les Français étaient déçus par Nicolas Sarkozy comme Président. A cette époque, il était facile pour n’importe quel film humoristique de faire un carton.
    • L’appui des partenaires médias du film a été énorme, surtout de la part du quotidien régional La Voix du Nord qui n’a pas hésité à mettre partout « ch’ti » où cela était possible, même si cela était typiquement Flamand. Pourquoi ce journal de mauvaise qualité a t’il agit de la sorte? Était-ce une façon de stimuler les ventes? Cela vient’ il de son actionnaire (le groupe wallon Rossel)? De la mauvaise qualité de ses journalistes? Il est à noter que Dany Boon n’a pas participé à l’émission « Les Grosses Têtes “de RTL (partenaire média du film). Est-ce parce qu’il ne se sentait pas assez intelligent?

Quelles sont les conséquences de ce film?

Beaucoup diront que ce n’est qu’un film humoristique qui a fait un bon coup de promotion à la région. Peut-être mais le prix à payer est très élevé.

    • Les habitants de la Flandre française sont dépeints comme naïfs, alcooliques ne sachant pas s’exprimer en français correct.
    • La Flandre française avec une culture et une histoire transfrontalières aussi riches est résumée en pays des frites (une spécialité belge), des fricadelles (d’origine danoise), du “Hein” et du “Petit Quinquin série. Le pire, c’est que les téléspectateurs n’ont pas compris que ce n’était qu’un film et non la réalité.
    • Les enfants de la Flandre française ne seront bientôt plus qu’ils sont Flamands.
    • La Flandre française est devenue la tête de turc de la France.
    • La culture de Flandre française plongée dans un long coma (provoqué par le gouvernement français) qui commençait à se réveiller a reçu un nouveau coup. Elle risque maintenant tout simplement de disparaître.

Maintenant, la question est : que pouvons-nous faire pour arrêter tout cela?

    • Montrer que nous sommes Flamands, en par exemple. Collant l’autocollant flamand sur notre voiture, en accrochant le drapeau flamand sur nos maisons …
    • Pour les personnes habitant et/ou travaillant en dehors de la Flandre française mettre un petit drapeau flamand sur leur bureau.
    • Ne pas hésiter à dire que nous sommes flamands plutôt que de dire que nous venons de nord de la France.
    • Apprendre le Néerlandais ou le flamand de France et ne pas hésiter à les parler entre flamands de France, avec les autres flamands et les Néerlandais.
    • Regarder la télévision, écouter la radio, lire les journaux, belges flamands afin de pousser les médias locaux à communiquer en néerlandais, en flamand de France et à prendre la Flandre française plus en considération.
    • les commerçants peuvent par exemple rendre la communication dans leurs magasins bi ou trilingue.
    • Demander à sa commune de mettre les noms des rues ainsi que la signalisation en français et en flamand de France.

Réagissez à cet article en Néerlandais en suivant ce lien:

http://fvlinhetnederlands.actieforum.com/de-toekomst-van-frans-vlaanderen-f4/de-frans-vlaamse-cultuur-wordt-bedreigd-door-de-ch-ti-storm-t5.htm